Mémoire Résistance et Déportation dans les Côtes-du-Nord

Evasions par mer (1941-1942)

A la suite des premiers départs vers l’Angleterre vers la mi-juin 1940, les évasions par mer se succèdent à partir des ports bretons, au point d’en faire une spécialité bretonne. L’exemple le plus célèbre est celui des 136 pêcheurs de l’île de Sein du 24 au 26 juin, partis après avoir entendu le 22 l’appel du 18 juin du général de Gaulle. Il sera suivi de beaucoup d’autres.

Les Côtes-du-Nord participent aussi à ce mouvement d’évasions par mer, qui vont permettre d’étoffer les rangs des Forces Françaises Libres (FFL), des Forces navales françaises libres (FNFL) aux côtés du général de Gaulle, mais aussi, pour certains, ceux de l’armée britannique (Royal Navy ou Royal Air Force).

Ces évasions, étudiées de manière précise par Roger Huguen dans « Par les nuits les plus longues » deviennent cependant de plus en plus dangereuses et difficiles avec l’instauration de la zone côtière interdite et la présence grandissante des troupes d’occupation. Aussi, réussites et échecs marquent les évasions par mer des années 1941-1942 à partir des petits ports des Côtes-du-Nord.

Ainsi, au cours de l’année 1941, plusieurs départs par mer sont réussis dans la région de Loguivy-Paimpol. C’est le cas encore en janvier 1942, avec la vedette « La Korrigane » qui parvient à tromper la vigilance allemande et atteindre Portsmouth après une odyssée de 105 h.

Cependant la surveillance renforcée des côtes conduit aussi à des échecs dramatiques : c’est le cas du « Buhara » en février 1941, bateau à partir duquel avaient pris place une quinzaine de pilotes et d’élèves de l’école de l’armée de l’air de Saint-Brieuc. En mauvais état, le voilier, parti de la baie de Fresnaye près de Saint-Cast, est intercepté par la Kriegsmarine à proximité de Guernesey. Jugés à Saint-Lô, deux des passagers furent condamnés à mort et les autres aux travaux forcés à perpétuité.

 
Sommaire
mardi 6 janvier 2009
par GUYADER Agathe
André Bagot, commando Kieffer
Supplément Ouest-France « La Libération des CDN » 1994, p. 41.

lire la suite de l'article