Mémoire Résistance et Déportation dans les Côtes-du-Nord

Les Allemands à Saint-Quay : "J’ai le coeur affreusement serré"

Jeudi 20 juin. Je stationne avec un groupe d’amis devant la terrasse du St-Quay-Bar pour capter les dernières nouvelles que diffuse à 18 heures quinze un poste anglais. La foule est dense et commente passionnément les évènements. Presque tous espèrent que le gouvernement rejettera les conditions d’armistice du Reich et, passant en Afrique du Nord, continuera la lutte à outrance.

Soudain une pétarade de moteurs éclate et en ouragan défilent devant nous une auto militaire allemande, une motocyclette et quatre side-cars, mitrailleuses braquées sur les deux rives de la route. Dans la voiture sont carrés, outre le chauffeur, deux officiers allemands et un lieutenant français, servant d’otage, qui fait piteuse contenance. J’ai le cœur affreusement serré. Ce défilé m’a coupé l’appétit.

* * *

Source : ADCA, 105 J 1, Journal d’Ambroise Got (Saint-Quay-Portrieux), cahier 1, 20 juin 1940.

 

Commenter cet article